samedi 14 octobre 2017

Un regard sans respiration

Il ne voyait
Que les collines
Et les trous
Comme si la femme n’était
Qu’un vaste paysage monotone

Il n’entendait ni le bruit des ruisseaux souterrains
Ni le piaillement des oiseaux du matin
Ses joues ne sentaient pas le vent du désert
La danse du sable tourbillonnant n’attirait pas son regard
Collines pour y monter
Trous, pour y rentrer

La nature ignorée, elle, aurait dansé 
Sa danse, sans animosité

La femme, peut-être avec un grain de vanité
Certainement grondante de colère
Depuis l'éternité
Hurlante
Sans relâche
Demande
Comment peux tu
Réduire 
Femme
A trous et collines
Si tu respires?

A moins que par amour
Celui qui fait vibrer les êtres
Dans un sursaut de lucidité
Une compassion ne parvienne
A enfin pardonner
De ne pas assez aimer
Pour regarder
Ce qui est respiré 

vendredi 13 octobre 2017

Maybe "I" is the name we give to "Power"

I have
I want
I am

Who owns? Who aspires? Who fulfils the defined quality?

The “end point” is quite clear – the “thing” owned, the object of desire, the quality fulfilled; 

But who is the “starting point”, the "I"?

Thinking about it for quite a while...I was left with...

...The power to own, the power to become, the power to be.

Would "I" be the name we give to "Power"?

Power is interesting isn’t it, because looking into it, although it exists as a noun, it actually isn’t an immovable fact. It however is a state, in the sense that it focuses on domination. 

What is “own” today can die, disappear, rebel against ownership; also the “owner” may lose interest in owning that particular “thing”; power requires energy "against" all the odds that go against it....Power can be gone anytime. 

Power is an unstable state, it may be more accurate to see it as a probability of domination, of control: imitation of the ideal of power one has at that moment in time, constant adjustment to that idea, violence towards the "object" owned to keep it at bay....

...Relationships of power with "other" or "self" are intrinsically untenable because conflictual in every single sense of the word....

Maybe this why fear is in power. The established 100% power looking at the various possibilities of power ranging from 0 to 99.99% constantly fearing to “lose grip”, to “let go”,  to “change” what it should “be” i.e to be a “fact”, a 100% .


Maybe “I” lives in fear because power involves pain everywhere.

Maybe this is why human relationships seem untanable.

Maybe this is why we live in such violent world.

Maybe the idea of "I" is what is killing us. 

lundi 9 octobre 2017

Complaints are not an accurate way to look into medicine

Dear GMC colleagues,

You kindly state that your aim is to protect me as a patient as well as to improve my practice as a doctor[i].

I may be wrong, and please forgive me if this is the case, but your needs’ assessment with regards to both (patients’ protection and improvement to medical practice) seem to be largely influenced by complaints made from patients against single doctors. Your website for example mentions “concerns about doctors” and not “concerns about the practise of medicine”[ii]. The latter would be of much more interest to me than the personal bickering between two (or more) human beings, which is what often complaints boil down to.

I would be most interested in hearing your views for example on the very symptomatic approach conventional medicine has accustomed itself with, not understanding the cause of most diseases it is supposed to treat. Medicines that symptomatically affect the disease do “work” by targeting perfectly healthy mechanisms which, now iatrogenically deranged, produce “side effects” for which other symptomatic medicine is then prescribed.

Is there anything inherently wrong with membrane channels or pumps which we block to alleviate symptoms ranging from hypertension to pain? Do we have any evidence of causal dysfunction of coagulation cascades we chemically hamper in atherogenic syndromes ranging from atrial fibrillation to atherosclerosis?

This is true for most diseases really with the exception maybe of trauma since even infectious diseases do often occur in individuals susceptible to that particular infection at that particular time. Antimicrobials are clearly as essential a tool in medicine as is surgery on organs’ abnormal growths/ruptures. But interest in what rendered the organism susceptible to these infections, growths and ruptures remains key. 

Accepting “idiopathic” or “multifactorial” as cause of most diseases, “treating” symptoms with medicines affecting originally perfectly healthy mechanisms that then become iatrogenically deranged subjects many patients to long term poly-pharmacy for most of the second half of their lives, unless they decline our advice or don’t come to seek it at all.  I can understand the very short term use of symptomatic medicine in acute settings for life-saving interventions. I am not quite sure how acceptable it is in chronic diseases.

This emphasis on what “works” rather than on “what is going on” may be linked to the fact that we expect causes to be explained by science only, underestimating the impact of thought on biology – and the impact on biology on thought. We can experience facial vasodilatation when ashamed and erection when thinking of a sexual encounter; salivation does accompany the thought of a lemon on a tongue. In our daily lives we do experience this biological expression of thought on organs thought identifies itself with, yet we refuse to seriously and fully investigate thought (and the mind) as a causal entity in most diseases. If we truly were committed to whole-istic medicine would we not have looked into thought throughout our training from an early age? Would we not have questioned the division between psychology and biology? The normalisation and justification of ridiculously short consultations in General Practice seems to me the first expression of our neglect of whole-istic medicine and I am not sure I ever heard the GMC seriously questioning these consultation times ever. 

This symptomatic/aesthetic medicine is often perceived as curative by patients since the symptom disappears. However the unaddressed root cause does remain and will continue expressing itself in the ways it can make itself heard. The story is told, because it is what it is. If you mute one language, it’ll use another. Numbed physical pain may become a psychological one; the backache addressed through physiotherapy may leave the place to headaches; “treated” eczema is replaced with asthma.

Is it fair to me that I should accept “idiopathic” or “multifactorial” as cause of most diseases, which are “treated” with medicines affecting originally perfectly healthy mechanisms in my body which then become iatrogenically deranged? The winner from this misunderstanding it seems to me is potentially only the pharmaceutical industry.

If we were as interested in what we see, smell, listen to, in the silences, in the gestuals, in looking at each other deep in the eyes, would we so commonly use needles, gloves, disinfectants, scans, using testing tools which can only see what we constructed the machine to see? Would we spend all this time and money in developing medicines in ways that often include immense suffering to animals on whom these medicines are first tested?
I am not negating the importance of blood tests, imaging and medicines. They clearly do have a place. But we may have given them too much place, we may have underestimated the place of sharing in human encounters, in exposing illness and in listening to treatment.

When in a sensitive state, do we ever see things the same? Can life, a moving “thing” be fully explored through fixed machines? Sensitivity goes hand in hand with vulnerability. If one wants to discover, one cannot decide in advance what there is to discover. An investigation is not an action born to please. It is the process of understanding. And although science can help, life remains a movement; it just cannot be looked through static eyes. This is where the doctor can never be replaced by a machine: the doctor is alive.  

Desire is about realising a pre-fixed goal. There is no sensitivity, no discovery, no learning in implementing desire. Desire understands “win” or “lose”, “made it” or “couldn’t do it”. And of course desire goes hand in hand with fear, the fear of not realising a desire.

Complaints are about patients’ frustrated desires and about doctors’ fears of not having fulfilled those desires. The idea that medicine should implement the desire of a pain-free death-free life has created an abominable opioid epidemic and has not particularly nourished in either patients nor doctors the understanding of human beings’ most common fears – that of pain, particularly psychological pain, nor that of death.  Complaints also reinforce the idea of doctors as mistake-free human beings which only nourishes egos but does nothing to encourage the vulnerability which accompanies honesty.  

The GMC’s focus on individual doctors and their particular relationship to a specific patient at one moment in time of their practice seems a distraction to me from very important issues at the very heart of our profession. These wide-ranging issues include the role of understanding something in the appropriate treatment of that “thing”, the price paid by the earth for producing and using such vast array of medicines and diagnostic tools, the role of sensitivity, vulnerability and honesty in understanding self and therefore us. Science does its bit but uncovering the root cause of symptoms requires the caring, attentive, interested observation and listening of a story only patients can tell. Neither desire nor egos are known for their sensitivity, care, attention or vulnerability.

The noise made by complaints does little to actually protect patients and improve the practice of doctors with regards to a medicine that I think deserves to be seriously looked into.

As a GP I feel increasingly burnt out, but the buck always stops with me

Many thanks for your work.

Kind regards,

Fatou Francesca Mbow




dimanche 17 septembre 2017

La validation du rayon

Tu te rappelles lorsque tu as accepté la voiture et vendu ta liberté?
Je me rappelle lorsqu’en pensée pour une caresse je suis restée devant le Monsieur écœurant;
Et je t’assure que le Monsieur sans cœur me manque encore, par peur d'anonymat et de pauvreté

Vendus mon amour

Le rapport direct, le rapport profond, le rapport sans fin, le rapport sans hier ni demain
Ce rapport n’a pas d’émotions
Il n’est pas comparé
Il est aimé
Pour ce qu’il est
En toute honnêteté

Qui en nous livre l’intégrité en pâture?
Qui commande en nous avec si peu de bonté, avec autant de lâcheté
Le regard au rayon de soleil
Sans regarder jamais, le soleil tout entier ?
Ces rapports par intermédiaire
Où l’intermédiaire est mentalement effacé, abject, dénigré mais accepté
Pour justifier l’émotion attendue par son biais 
Pour valider notre corruption

Le vendeur n’existe que si il y a acheteur
Le dealer n'existe que si le junkie existe aussi

Celui qui valide, celui qui note, celui qui met la note 10/10 à l’émotion cherchée
N’est-il pas le même qui sans l’émotion notée se regarde 0/10?
Le regard sur le 0/10 n’est il pas la souffrance de la fin du 10/10?
10 existerait-il sans 0? Y aurait-il un 0 sans un 10?

Nous nous sommes aimés profondément
Parfois follement
Consumés émotionnellement
Mais avec assez d'amour pour garder les yeux ouverts sur ce que nous vivions quotidiennement 

Avec une véritable profondeur, du courage et de l’amitié
Nous aurions pu avoir moins peur de nous dire la vérité
Que nous avions peur, que nous ne savions pas comment faire, que nous n’étions pas d’accord, que tout était à défaire

Mais la corruption de la peur de ceux qui gardent en mémoire négligence et pauvreté
Est probablement sous estimée

La peur nous fait regarder de manière linéaire
Nous ne voyons que la peur de la fin du plaisir
De la voiture
Du voyage
De la facilité de s’acheter le bel habit ou le beau sac
Le regard intéressé de l'intermédiaire accepté
Pour le plaisir d'être enfin regardés

Sans poser nous un vrai regard sur la relation directe à l'intermédiaire
Avec celui capable de vouloir vendre et nous acheter
Quelque chose qui n'a rien à voir 
Avec amour ou amitié


mardi 29 août 2017

L'image d'un compagnon de vie

Je ne sais si par paresse
Ou par nécessité de confrontation, d’éclairage, d’affection
Je t’ai cherché dans chaque adulte 
Qui a croisé ma vie
Cherché un adulte qui aimerait nos enfants
Nos enfants dans les rues, nos enfants dans nos lits, nos enfants dans leurs vies
Qui aimerait avec moi 
Où la fragilité rend fragile
Où le petit est écouté vraiment
Par le grand qui sait combien 
Il est lui aussi tout petit vraiment
J’ai cherché un ami
Qui découvrirait avec moi
Ce que partager veut dire ça et là
Sans formes ni images
Nous rencontrer parfois
Au détour d’une promenade
A l'aube d’un feu de bois
J’ai cherché celui
Qui prendrait nos affaires avec moi
Lorsqu’il est temps de partir, pour tout laisser mourir
Et découvrir ensemble ce que la vie devient
Lorsque l'on regarde clairement le présent
Sans la peur du lendemain


Mais que rend si imposant 
Le besoin de réaliser une image?
Le constant sentiment de la frustration dans le présent 
d’une image qui, si existante, est la preuve par son existence même, qu’une réalisation est nécessaire?
L’énergie de frustration est elle liée à un présent jugé inadéquat,
Par l’image qui hurle aux personnages dessinés de devenir réels 
Pour ne plus souffrir d’une vie frustrée?
S'agit-il de fuire à une souffrance auto-induite
Par l'image du "mieux"
Qui ne voit plus le "c'est"?
Suis je finalement mon rêve à l’exception du compagnon?
Peut être que l’image avec ses mots, ses personnages, ses émotions
Écrit à l’avance une histoire
D’acteurs
Mais pas celle 
De la découverte et de la curiosité

De ce qui est 

samedi 19 août 2017

Les contradictions au cœur de la médecine

La sélection

La sélection des étudiants en médecine se fait usuellement sur une « capacité » à avoir les « meilleures notes ». « Meilleur » indique souvent une compétition, toujours une comparaison. Les « notes » dont-il s’agit sont le plus souvent celles académiques avec, au cœur de cette « capacité » académique, une aise avec la théorie et avec la mémorisation.

Un médecin doit-il être quelqu’un qui se compare et entre en compétition avec les autres ? Un médecin doit-il être wikipedia ou google, dont nous disposons déjà ? L’être humain est-il une théorie ? 

La peur

Nous n’avons pas besoin d’avoir étudié adrénaline et cortisol pour observer que la peur nous rend rigides, fait battre nos cœur à mille, nous coupe le souffle, concentre toutes les énergies vitales. Serions nous donc surpris de voir que le système immunitaire, les artères de nos corps, la clarté de vision de nos yeux biologiques et psychologiques….soient affectés par la peur ?
Quand n’avons-nous pas peur ?
Aurait-on peur si nous ne voulions absolument rien ?
Je ne parle de avoir « besoin de »  - lorsque nous avons « besoin de »  ne le cherchons nous pas et puis c’est tout ?
La peur n’est-elle pas liée à un désir « je vais bien mais j’ai peur d’aller mal » ou bien « je ne vais pas bien mais j’ai peur de ne jamais aller mieux ... ou d'aller pire».
Le besoin est du présent. Le désir, senti dans le présent, n’est il pas une projection dans le futur ?
Le médecin vu comme celui qui nous éloigne de la mort et nous enlève la douleur a tout aussi peur de ne pas y réussir que vous. 

Le symptôme plus important que la cause

La majorité des médicaments qui existent agissent sur des mécanismes du corps humain tout à fait sains. Les récepteurs à la sérotonine de la personne en dépression sont-ils dysfonctionnels ? L’hypertendu a-t-il un dérèglement de ses canaux calcium ? Pas du tout. Nous obtenons des résultats, au prix de déranger des mécanismes tout à fait sains. 
Ceci est compréhensible en situation d’urgence aigue – les récepteurs béta des bronches de l’asthmatiques n’ont aucun problème mais il ne respire plus, on y va ! Mais de là à donner des médicaments qui agissent de manière symptomatique (ça marche !) mais non causale (la cause première du problème n’est pas adressée par le médicament) toute une vie parfois….c’est de la folie.
Nous avons accepté ceci au nom de la peur de la souffrance, au nom de la peur de la mort.
Nous avons aussi accepté ceci parce que nous ne connaissons pas la cause de la majorité des pathologies et que nous attendons de la science qu’elle nous trouve ces causes.
Combien de fois avez-vous demandé à un médecin « pourquoi j’ai ceci » « pourquoi j’ai cela » et la réponse était « une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux » ou bien , plus honnêtement « je ne sais pas ». Lorsque nous « savons » quelle bactérie est responsable de votre infection , savons nous pourquoi elle vous affecte vous, en ce moment, et pas hier et pas la personne qui partage votre vie ?
Nous attendons de la science des réponses, nous les attendons depuis très longtemps. Elle nous en donne quelques unes, mais qu’étudie-t-elle ? La science, en médecine, étudie vous , et moi. Elle étudie l’humain. Vous étudiez vous ? Le médecin s’étudie-t-il ?
Comment « étudier » quelque chose ? Cela ne nécessite-il pas une attention, une délicate patience, une profonde affection, finalement de l’amour ? Étudier en dépeçant, en coupant en mille morceaux, en tuant, permet de comprendre les morceaux d’un mort. Un être vivant est-il la somme de morceaux morts ?

Le temps et l’argent

Aucune médecine ne se fait dans le temps. Lorsque vous êtes intéressé à quelque chose, le temps existe-il ?
Pour « gagner du temps », nous vous consultons de plus en plus rapidement, ou plus du tout – nous vous parlons au téléphone et parfois même, plus cela. Ecrivez nous un email, c’est tout aussi bien. De « pensée » à « pensée », de « software » à « software » nous « parlons » de cœurs qui battent sans en avoir presque plus un, nous-mêmes peut-être. 

Avons-nous « besoin » du médecin ?

Lorsqu’on ne respire presque plus, lorsque la douleur risque de nous faire perdre connaissance, lorsque nous saignons tellement que la vie s’enfuie….le « besoin » de vivre peut-être « demande » le médecin.
Et puis peut-être que cette presque-fin de respiration, cette infection abdominale, cette hémorragie…exprime-t-elle dramatiquement, fortement, sans appel, quelque chose qui s’exprimait timidement, gentiment…avant.
Il y a peut-être deux médecines. Une des urgences, à l’hôpital, celle de « il va mourir si on ne fait rien maintenant ». Celle du traitement du paludisme, celle qui « résout le problème immédiat ». Et puis il y a celle de la patience, de s’intéresser à pourquoi ton corps était affaiblit et donc tu as moins résisté que d’habitude.
Dans la médecine qui n’est pas celle de l’urgence il ne s’agit pas de « prévenir », il s’agit d’écouter.
Lorsque l’on se tient la main, on se sent peut-être plus de courage pour se regarder vraiment, profondément, sans jugement.
Je peux vous dire ce que la science m’a appris, cela pourra peut-être nous aider. Surtout si nous mettons tous les mots latins compliqués de côtés – ils disent ce que vous me dites vous d’une manière jugée « savante » pour donner de l’importance au « savoir ». Mais votre histoire, c’est à vous de la voir et de me la raconter. C’est à moi de vous regarder, de me regarder aussi, de nous écouter.
Dans la peur nous n’y verrons jamais clair tous les deux.
Le symptôme doit être vu comme tel et nous intéresser pour ce qu’il exprime. La cause du ou des symptômes reste ce qui nous intéresse le plus profondément. Parce que si l’on a mal, il y a une cause. Et si l’on empêche à la douleur de s’exprimer, on a tué une partie de notre vie qui demandait attention. Elle continuera, elle, de demander attention, elle trouvera juste un autre moyen délicat de l’exprimer. Le mal de dos devient un mal d’épaule, l’allergie autour des lèvres devient une urticaire, le nodule au sein devient un fibrome utérin.
Et l’attention, n’est-ce pas une forme d’amour ?
Et puis enfin il y a comprendre qu’il n’y a pas « psychologue » et « médecin », « corps » et « esprit ».  Lorsque l’on a honte nos vaisseaux sanguins se dilatent au niveau du visage – nous appelons cela rougir. Penser à un acte sexuel peut produire une érection – il s’agit de pornographie. Les mains de la masseuse sur notre corps libèrent les larmes retenues toute une vie. Il n’y a pas de « biologie » et de « pensée », il y a un corps humain. Il n’y a pas de « patient » et de « médecin » il y a un intérêt, profond pour ce qui est.